Cette petite rue en pavé est très typique des vieilles cités européennes. La photo, une fois imprimée sur une toile, reproduit l’effet d’une peinture.

Comme
des oeuvres d’art
Le numérique permet d’imprimer vos photos sur toile



Lise-Fournier
lfournier@lesoleil.com


Vous avez pris un tas de photos durant votre dernier voyage et certaines sont particulièrement réussies. Mais vous aimeriez garder autre chose qu’un petit imprimé 5 x 7 de la Muraille de Chine et de la Cité interdite. Or, il est maintenant possible d’avoir une impression sur toile de vos plus beaux souvenirs, et ce, grâce à la magie des appareils photo numériques qu’on peut faire travailler en haute résolution. Ce qui a permis à la technique d’imprimerie sur toile de transformer certaines photos de voyages en de véritables oeuvres d’art.

D’ailleurs, dans les milieux branchés, il n’est pas rare de voir accrochées aux murs des photos sur toiles prises par les résidants

eux-mêmes, par leurs amis, mais aussi par des artistes chevronnés qui ont autorisé, par exemple, un marchand à imprimer certaines de leurs oeuvres et à les vendre moyennant une commission.
Déjà bien implantée aux États-Unis et en Europe, cette technique d’impression commence à percer à Québec. Groupe Maîtres Encadreur de Place des Quatre-Bourgeois propose ce service à ses clients depuis deux ans. Mais comme c’est relativement nouveau, la demande est restée timide. «Pourtant, ce procédé est cent fois mieux qu’un transfert d’image», explique Jean-Pierre Sagala, proprio de Groupe Maître Encadreurs.
«Avec une photo numérique, on peut aller directement à l’impression alors qu’avant, il fallait d’abord finir la photo en laboratoire avant même de penser à l’imprimer sur une toile

Jean-Pierre Sagala, propriétaire de Groupe Maître Encadreur, montre deux tableaux dont l’un est l’original, alors que l’autre est une impression sur toile. «L’imitation, dit-il, est d’une grande précision.»

ou un autre support. Et la qualité n’était jamais très bonne, ajoute-t-il, parce que plus on agrandissait l’image, plus le grain de la photo devenait visible. Donc, l’ensemble paraissait toujours un peu flou, sans compter que les couleurs se dégradaient sous l’effet de la lumière et du temps.» «Mais avec le numérique haute résolution, ce genre de con - traintes n’existe plus, poursuit M. Sagala. Si la photo est bien cadrée et qu’on y trouve suffisamment de pixels, le résultat sera assurément professionnel, affirme- t-il. De plus le procédé est beaucoup moins coûteux que l’ancienne méthode parce qu’on saute l’étape de la finition photo pour aller directement à l’impression sur toile.» Côté pratico-pratique, ça se passe comment? Eh bien, une fois que vous avez choisi la photo et la grandeur idéale, vous pourrez l’envoyer au marchand encadreur — par Internet, au moyen d’une clé USB, par CD etc. qui, lui, se chargera de la faire imprimer directement sur une toile et de l’encadrer au besoin. «Or, pour ce qui est du format à peu près toutes les possibilités sont ouvertes», souligne M. Sagala, parce que l’image haute définition peut être imprimée en petit ou en très grand sans altérer la qualité du produit. De plus, les imprimeurs utilisent une encre et un vernis contre les rayons UV qui procurent une garantie de 150 à 200 ans à la toile. «C’est d’ailleurs ce qu’on appelle la qualité archives ou musée», précise encore M. Sagala.

Cette photo du pont de Québec prise à partir de la plage Jacques-Cartier a ensuite été imprimée sur une toile. — PHOTOS LE SOLEIL, LAETITIA DECONINCK

Certains artistes ont adopté cette nouvelle technique pour créer leur catalogue d’oeuvres. Dans ce cas, nous devons d’abord scanner la vraie toile, indique M. Sagala qui, à titre fondateur du Groupe Maître Encadreur, a souvent l’occasion de travailler avec des artistes peintres et des photographes à la promotion et à la préservation de leurs oeuvres. Pour eux, c’est un outil extrêmement utile, précise-t-il.. En plus de pouvoir transformer vos photos en toiles de maîtres, les artistes plus expérimentés pourront aussi retoucher les originaux en modifiant les couleurs, en rajoutant des éléments ou en supprimant certains défauts, et ce, grâce à des logiciels comme Adobe Photoshop ou GIMP. Pour Jean-Pierre Sagala, la technique d’imprimerie sur toile n’a que des avantages, mais il pense qu’il sera possible d’accroître les possibilités de ce procédé dans le futur parce que la technologie continue d’évoluer à vitesse grand V.


Groupe Maître Encadreur – Centre commercial Place des Quatre-Bourgeois
418 651-9692.



Certaines photographies sont retouchées pour les rendre plus surréalistes. Ici, cette impression sur toile montre un paquebot et des canards au premier plan.